Ballade d’amour et de mort

L’exposition sur les préraphaélites au Musée d’Orsay (jusqu’au 29 mai) mêle peinture et photographie : même si, en entrant, on voit d’abord cet ‘Enfant photographie apportant au peintre un pinceau supplémentaire’, allégorie de Oscar Gustav Rejlander bien dans l’esprit du temps (1856) , le regard actuel fait que ce sont bien plus les photographies que l’on regarde aujourd’hui avec intérêt et que les tableaux (tous curieusement présentés ici de manière plus noble, sur des panneaux rehaussés) ne subsistent pour la plupart dans l’esprit du visiteur que comme des illustrations, des contrepoints. Il en est ainsi des portraits de la beauté étrange de Jane Morris, fille de palefrenier dont Rossetti était épris, dit-on. Il commanda à John Robert Parsons des photos d’elle, dont 15 sont exposés ici, montrant éloquemment son charme déroutant, son mystère inquiétant ; à côté, le beau portrait en robe de soie bleue que Dante Gabriel Rossetti peint semble moins évocateur, moins mystérieux, plus fade,en fait.

Un peu d’amour, dans cette exposition, les histoires en filigrane du chaste Ruskin que sa femme quitta pour Millais, mais, de Lewis Carroll, rien de très sulfureux, des enfants bien sages ; le seul nu, une Ariadne de Rejlander est montré de dos, fort pudique.

La maîtresse incontestée ici est Julia Margaret Cameron dont de nombreux portraits éthérés sont montrés dans l’exposition. Voici Iago (Angelo Colarossi), beau ténébreux qu’elle photographie en gros plan, sur un fond neutre, les yeux baissés. Le portrait du même par George Frederic Watts, en couleur (bien sûr) sur un fond nuageux, en plan large est loin d’avoir l’impact méphistophélique de ce Iago.

Dans les paysages, à côté de scènes très classiques, apparaissent des compositions détachées, quasi abstraites, où la structure de l’image compte plus que le sujet représenté. Il en est ainsi, par exemple de cette paroi rocheuse à Bellinzona en Suisse, photographié par Frederic Crawley pour le compte de John Ruskin, avec ce sentiment d’étrangeté qui naît de la rencontre du reflet de la plaque du daguerréotype avec la matière même de la roche, comme doublement irréelle.

Les photographies de ciels nuageux au dessus de la mer du Colonel Stuart Wortley sont aussi des compositions audacieuses où, même si l’on distingue la ligne d’horizon explicatrice, on ne voit d’abord là que des formes sans clarté et des jeux de lumière (et Wortley peut valablement être placé à côté d’un des fameux ciels de Gustave Le Gray, qui ne lui est pas supérieur).

J’ai aussi découvert les compositions photographiques de Lady Clementina Hovarden, morte à 33 ans, zébrées de traits d’ombre qui s’imposent par-dessus les gentils personnages. C’est un exemple de plus de l’autonomie que prend alors la photographie par rapport à la peinture, de la réalisation qu’elle n’est pas un moyen, un ‘pinceau supplémentaire’, mais qu’elle existe en tant que telle comme art propre, avec sa propre esthétique, sa propre composition. Par un chemin bien différent de celui d’Atget, et avant lui, les préraphaélites parviennent à cette autonomie photographique qui ne sera dès lors plus remise en question.

L’exposition était précédemment à la National Gallery de Washington (beaucoup d’images ici . Reproductions de la photographie (Parsons) et du tableau (Rossetti)  de Jane Morris courtoisie du Musée d’Orsay

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s